mercredi 17 décembre 2014

[Chronique] Strynn - Alienation

Aujourd'hui on va plonger dans les abysses de l'Underground avec un groupe que vous ne connaissez peut-être pas, ce qui est surement mieux pour votre santé mentale (et une preuve de bon goût...), avec le second album des jeunes et fringants bordelais de Strynn, évoluant dans le Vrai Noir Metal Souterrain à l'ancienne, ouais, de la grande douceur une fois encore, vu que le groupe est plus partisan de vous enfoncer de force des cannelés cloutés dans le rectum que de se lancer dans de longues discussions pompeuses sur l’œnologie.
Strynn s'était déjà fait, un peu, remarqué l'année dernière avec la sortie de son premier opus, Decadence, un album plutôt influencé par le Black old school que l'on qualifiera de classique, une petite vaguelette dans le petit océan du Black franchouillard pour un effort solide malgré tout, pas de quoi non plus s'exploser le Stryng de plaisir (désolé), mais Decadence montrait déjà un certain penchant plus qu'appréciable pour l’extrémisme sonore, et c'est presque tout naturellement que ce second opus, Alienation, va aller beaucoup plus loin que son prédécesseur dans l'hermétisme et la violence, voyant Strynn s'engager dans un genre tout particulier (et une étiquette que je viens d'inventer), le Br00tal Drone Black Nihiliste, tout un programme...

dimanche 14 décembre 2014

TV Metal (2014 - Semaine 50)

Ce n'est pas une défaillance de votre moniteur, n'essayez donc pas de régler l'image, nous maîtrisons à présent toute retransmission, nous contrôlons les horizontales et les verticales, nous pouvons vous noyer sous un millier de vidéos, ou dilater une simple image jusqu'à lui donner la clarté du cristal, et même au-delà, nous pouvons modeler votre vision, et lui fournir tout ce que votre imagination peut concevoir, pendant les minutes qui viennent, nous contrôlons tout ce que vous allez voir et entendre, nous partagerons les angoisses, et les mystères qui gisent dans les plus profonds abysses, au-delà du Metal...
Bref, toutes les vidéos Metal de la semaine, le meilleur et surtout le pire, c'est maintenant!

C'était bien la peine de nous faire chier avec des teasers à la con les gars, tout ça pour vous voir jouer et marcher dans une maison, ok, c'est bien filmé, la qualité d'image est bonne, mais so what? bref, le morceau est tiré du dernier album du groupe sorti l'année dernière, Labyrinth...

samedi 13 décembre 2014

[Chronique] Cretin - Stranger

Généralement, les groupes de Grindcore ont tendance à être hyper-productifs, et comme d'habitude avec les règles, il y a toujours des exceptions, bref, Cretin est un groupe de grosses feignasses.
Pourtant, le combo américain existe depuis longtemps, depuis 1992 si vous êtes portés sur les dates, formé par Matt Widener et celle qui était connue à l'époque comme Dan Martinez, assez rapidement rejoint par le batteur Col Jones, Cretin n'a même pas trouvé le moyen de sortir quoi que ce soit lors de sa première incarnation avant de splitté en 1996, reformé en 2001, il aura quand même fallu attendre 2006 pour que les américains sortent enfin leur premier album, l'excellent et dérangeant Freakery, et après... plus rien.
Enfin si, Dan Martinez a eu le temps de se faire couper le pénis et de se faire pousser des boobs pour devenir Marissa Martinez, ce qui n'est quand même pas rien, mais comme ça ne change pas grand chose musicalement, on s'en tape, bref, huit ans après son premier disque, Cretin s'est enfin décidé à se sortir les doigts du cul pour sortir un second disque, et même si Stranger est quelque peu différent de Freakery, c'est pour le meilleur, car ce second opus est largement supérieur au précédent...

mercredi 10 décembre 2014

[Chronique] Teeth - Unremittance

Mois de décembre oblige, il est temps de plonger dans les entrailles de l'Underground pour tenter de trouver un truc bien, ce qui n'est franchement pas évident, car Bandcamp est pavé de groupes de merde, globalement, pour un album sympa, il y a 100 albums pourris.
Bref, j'ai farfouillé dans Bandcamp et je vous ai déniché ce groupe indépendant, Teeth, un groupe dont on ne trouve que peu d'informations à part un lien vers une page Facebook au contenu famélique comptant la bagatelle de 230 likes.
Teeth est donc un quatuor américain inconnu qui fait dans la finesse, une sorte de collision entre le Death/Doom et le Sludge, Unremittance est, d'après ce que je sais, leur premier effort studio, et vu que je je vous en parle, vous devez bien vous imaginer que c'est pas trop mal, pas forcément brillant, mais le genre de premier album qui constitue une très bonne carte de visite, enfin bon, une carte de visite en forme de gigantesque mandale dans la gueule, du genre à vous pulvériser la mâchoire, ouais, on va faire dans la finesse avec les américains...