mercredi 21 juin 2017

[Chronique] Kobra and the Lotus - Prevail I

C'est l'histoire d'un groupe de Power mélodique très influencé par le Heavy traditionnel que le label veut à tout prix transformer en un nouvel Amaranthe ou un nouveau Delain, parce qu'il semblerait qu'on ait pas déjà suffisamment de groupes de merde en ce moment.
Ce groupe tiraillé entre velléités métalliques et... la necessité de faire du pognon pour lui et pour label afin que l'affaire soit viable, c'est Kobra and the Lotus, petit groupe canadien sympa de Heavy à l'ancienne qui surfe sur la vague d'un certain revival du Metal traditionnel à chanteuse, parce que ouais, si vous n'avez pas compris, Kobra and the Lotus est un groupe qui vaut pour la personnalité et le charisme de sa chanteuse (notons qu'en languge de chroniqueur, si on vous dit qu'une chanteuse est charismatique, c'est juste une manière polie de dire qu'elle est bonne), ce qui explique surement la volonté du label de markéter le groupe comme une espèce de nouveau Lacuna Coil, quoi, elle est plus assez fraîche pour vous la Scabbia? il vous faut le modèle blond et plus jeune? putain de jeunisme...

dimanche 18 juin 2017

TV Metal (2017 - Semaine 24)

Ce n'est pas une défaillance de votre moniteur, n'essayez donc pas de régler l'image, nous maîtrisons à présent toute retransmission, nous contrôlons les horizontales et les verticales, nous pouvons vous noyer sous un millier de vidéos, ou dilater une simple image jusqu'à lui donner la clarté du cristal, et même au-delà, nous pouvons modeler votre vision, et lui fournir tout ce que votre imagination peut concevoir, pendant les minutes qui viennent, nous contrôlons tout ce que vous allez voir et entendre, nous partagerons les angoisses, et les mystères qui gisent dans les plus profonds abysses, au-delà du Metal...

Quand un groupe comme Dying Fetus sort un clip et que tu vois la mention Uncensored qui se balade, il y a de quoi attendre du lourd... et c'est exactement ce qui se passe dans cette vidéo gavée de sang, de bidoche, de sexe, de torture, de meurtre, dont on se demande comment elle peut encore être sur youtube, j'imagine qu'elle se fera dégager un jour et qu'on la retrouvera uploadée sur vimeo, mais en attendant, bon appétit et savourez ce clip qui ravira petits et grands.

jeudi 15 juin 2017

[Chronique] Unleash the Archers - Apex

Fun, sympa, sans réellement de consistance, voilà ce qu'est Unleash the Archers depuis dix ans, un groupe de Power sympa qui a déjà sorti trois albums tous facilement oubliable malgré une certaine qualité et un bon petit potentiel sympathie, il faut dire aussi que la bande à Brittney Slayes (ouais c'est du Power et y'a donc du nom de scène bien kitsch) ne se prend pas du tout au sérieux et a toujours pratiqué une certaine forme d'auto-dérision plutôt rafraîchissante dans le genre, le fait de naviguer dans certains délires nerdy lui a permis de ce créer sa petite niche confortable dans le Power Metal épique kitsch à mort et over-the-top, trop confortable peut-être, car pour fêter ses dix ans de carrière, Unleash the Archers a décidé de sortir un album sérieux, plutôt une bonne idée dans la mesure où Apex est clairement le meilleur disque du groupe à ce jour, et oserai-je dire, le premier qui puisse vraiment être qualifier de très bon.

mardi 13 juin 2017

[Chronique] Suffocation - …of the Dark Light

Je dois bien vous avouer que je n'étais pas trop chaud à l'idée d'écouter ce nouveau Suffocation, c'est pourtant un groupe que j'adore, notamment parce que je considère encore aujourd'hui Pierced From Within comme étant l'un des plus importants chefs-d'oeuvre de toute l'histoire du Death Metal, mais je ne sais pas trop, ça ne me disait rien, il faut dire aussi que même si Pinnacle of Bedlam en 2014 était loin d'être mauvais, ce n'était pas non plus le disque du siècle.
Bref, Suffocation était presque devenu dans mon inconscient ce groupe légendaire qui sort toujours le même disque tous les trois-quatre ans en capitalisant sur son statut, du genre efficace mais facilement oubliable, sauf qu'on parle de Suffocation là, et pas de ce qu'est devenu Incantation, on est au niveau au-dessus, et ...of the Dark Light, bien que diablement conforme à ce que l'on attendait d'un album de Suffocation, va s'avérer étrangement bon, et ne tournons pas autour du pot, le meilleur disque de l'époque moderne post-reformation du groupe.